ASARUM CANADENSIS

ASARUM CANADENSIS
Asarum canadense, par Michael Wolf (CC BY-SA 3.0). via Wikipédia

ASARUM CANADENSE

EN BREF : Sol : humide à modérément sec, ombre, mi-ombre, Z3, 22cm. Couvre-sol (20cm) indigène aux belles feuilles en coeur. Assez dense pour inhiber la croissance des mauvaises herbes. Pour la naturalisation ou les bordures ombragées en compagnie de plantes robustes.

IN SHORT: Soil: moist to moderately dry, shade, half-shade, Z3, 22cm. Native ground cover (20cm) with beautiful heart shaped leaves. Dense enough to inhibit weed growth. For naturalization or shaded borders with sturdy plants.

Noms communs : Gingembre sauvage, asaret du Canada

Famille : Aristolochiacées
Originaire de l'est de l'Amérique du Nord, dont le Québec

Commentaires de Sylvie - English follows.

L'Asarum canadense est largement distribué dans l'est de l'Amérique du Nord. Au Québec, il se rencontre typiquement dans les érablières du sud, en milieux humides à légèrement secs, souvent le long des ravins et des pentes, et près des cours d'eau. Il se développe à partir de rhizomes horizontaux au niveau du sol et forme un tapis de 20 à 25 cm de haut, aux jolies feuilles en coeur, vert mat. Il préfère une humidité moyenne, mais il tolère aussi assez bien la sécheresse ou l'innondation temporaire, et peut même pousser à l'ombre. Il est suffisamment dense (20 cm de haut) pour d'inhiber la croissance des mauvaise herbes. C'est une plante vigoureuse qu'on évitera d'associer à des plantes délicates. Il s'associe bien entre autres aux hostas, aux fougères et aux actées.

Bien qu'elle ait servi à de nombreux usages médicinaux chez les autochtones et que les racines soient parfois utilisées comme substitut du gigembre, c'est une plante toxique qu'il faut utiliser avec circonspection. On y a identifié entre autres des substances antibiotiques, mais aussi des substances cancérigènes. Le feuillage n'est pas brouté, car il est également toxique pour les mammifères herbivores.

Cette plante est sur la liste des espèces vulnérables à la récolte du Québec, c’est-à-dire que les populations diminuent et que l'approvisionnement par la cueillette en nature est une menace à sa survie. Nos jardins peuvent jouer un rôle dans la sauvegarde de certaines plantes et de la faune associée, à condition que l'enrichissement du jardin ne se fasse pas au détriment des habitats naturels. Il est important d'acheter de sources responsables qui produisent ces plantes.

Les fleurs hâtives, sur de courts pédoncules, se dissimulent sous les feuilles, presque au niveau du sol. Elles sont d'un brun rougeâtre, attirant pour les coléoptères, ainsi que pour les mouches qui émergent du sol au printemps à la recherche de carcasses en décomposition pour leur ponte. Elles y trouvent un abri et du pollen pour se nourrir. Leur rôle dans la pollinisation est contreversé. L'asaret est une plante autoféconde, mais seul un faible pourcentage des plants portera des semences (2 à 23%).

Les Asarets dépendent des fourmis pour disperser leurs graines. Leurs semences présentent une excroissance charnue (l'élaïosome) qui est riche en lipides et en protéines. Les fourmis en nourrissent leurs larves avant de rejeter la graine trop coriace pour être consommée, dans un nouveau milieu où elle germera. De façon générale chez les plantes, la composition de l'élaïosome ne se fait pas au hasard. Elle cible habituellement une espèce spécifique de fourmis. Lors d'une étude, les fourmis natives se sont montrés 50 fois plus efficaces à disperser les semences de plantes indigènes, que les fourmis introduites.

Les plants peuvent être divisés, tandis que la production par semis est très longue et difficile. Elle demande quelques cycles de chaleur et de froid successifs. La racine apparaît d'abord le première année, puis les cotylédons la deuxième année; la première vraie feuille à 2 ou 3 ans et la première fleur entre 4 et 6 ans.


ASARUM CANADENSE

Common Name: Canada Wild Ginger

Family: Aristolochiaceae
Native from eastern North America, including Quebec

Sylvie's comments

Asarum canadense is widely distributed in eastern North America. In Quebec, it is typically found in southern maple stands, in wet to slightly dry areas, often along gullies and slopes, and near watercourses. It grows from horizontal rhizomes at ground level and forms a carpet 20 to 25 cm high, with pretty matte green heart shaped leaves. It prefers medium humidity, but also tolerates drought or temporary flooding. It is dense enough to inhibit weed growth. It is a vigorous plant that should not be associated with delicate plants. It associates well with hostas, ferns and baneberry.

Although it has been used for many medicinal purposes among Aboriginal people and although it is sometimes used as a substitute for ginger, it's a poisonous plant and should be used with caution. Antibiotic substances have been identified, but also carcinogenic substances. The foliage is not grazed because it is also toxic to herbivorous mammals.

This plant is on the list of species vulnerable to harvesting in Quebec, as populations are declining and the supply by the wild harvest is a threat to its survival. Our gardens can play a role in safeguarding certain plants and associated wildlife, provided that the enrichment of the garden is not at the expense of natural habitats. It is important to buy from responsible sources that produce these plants.

The early flowers, on short stalks, hide under the leaves, almost at ground level. They are reddish brown, an attractive colour for beetles, as well as for flies that emerge from the ground in the spring looking for rotting carcasses to lay their eggs. They find shelter and pollen for food in the flowers. Their role in pollination is controversial. The asaret is a self-fertilizing plant, but only a small percentage of the plants will bear seed (2 to 23%).

The Asarets depend on ants to disperse their seeds. Their seeds have a fleshy excrescence (the elaiosome) which is rich in lipids and proteins. The ants feed it to their larvae before rejecting the seed, which is too tough to eat, into a new environment where it will germinate. Generally speaking in plants, the composition of the elaiosome is not random. It usually targets a specific species of ant. During a study, native ants were 50 times more effective at dispersing seeds of native plants than introduced ants.

Plants can be divided, while production per seedling is very long and difficult. It requires several successive heat and cold cycles. The root appears first the first year, then the cotyledons the second year; the first true leaf at 2 or 3 years old and the first flower between 4 and 6 years old.


Les VIVACES de l'Isle
www.vivaces.net